Manger crétois

À propos

Mon histoire et pourquoi ce blog ?

 

Prise de conscience

« Vous êtes ce que vous mangez ». Cette maxime, dont on ne sait plus trop qui l’a prononcée en premier, résume parfaitement l’importance d’une alimentation saine lorsque désire améliorer sa santé, perdre du poids ou simplement retrouver un équilibre de vie.

Hassen, auteur de mangercretois.fr

Hassen, auteur du blog mangercretois.fr

Parfaitement conscient, depuis des années, que de bonnes habitudes alimentaires étaient un postulat nécessaire, j’ai pourtant toujours plus ou moins compté sur la capacité de mes organes à rééquilibrer mon organisme. Surtout, lorsque de temps à autre je le maltraitais par mes excès en tous genres.

J’ai pratiqué le rugby pendant près de 20 ans, mais lorsque j’ai arrêté j’ai commencé à prendre du poids. Doucement, mais sûrement. Jusqu’à atteindre 79,7 kg. Oui c’est précis. Parce que lorsque l’on approche les 80 kg pour seulement 1m65, ça commence à faire beaucoup, d’autant plus qu’à l’époque où j’étais « affûté », la balance affichait un beau 63 kg en poids de forme. Bref, il fallait que je réagisse.

C’est donc le corps lesté par ces kilos superflus et le ventre bien au chaud sous un tapis de graisse qui me dégoûtait de plus en plus, que j’ai commencé a rechercher des solutions pour reprendre le contrôle de mon corps. En bon ancien sportif que je suis, j’ai voulu attaquer cet excès de poids en « brûlant » des calories. C’est ainsi que j’ai repris la course à pied. Tous les matins. Sept kilomètres. Qu’il pleuve ou qu’il vente. J’étais bien décidé à retrouver le ventre plat, des abdos saillants et ma ligne d’antan. Un seul objectif en tête : perdre une bonne dizaine de kilos. Mais voilà, au bout d’un an d’efforts, mon poids n’avait quasiment pas évolué. À peine un kilo en moins sur la balance. La graisse était toujours là. Je n’y comprenais rien. Tout ce que j’ai gagné était une périostite tibiale, une inflammation tendineuse au niveau des tibias, due à une pratique excessive de la course à pied et dont je n’arrivais plus à me débarrasser.

Je ne faisais pourtant pas d’excès et j’étais assidu au sport. L’équation me semblait pourtant juste : je brûle des calories donc je devrais perdre du poids. Où est le problème ?

Parallèlement, des spasmes douloureux venaient me tordre régulièrement l’estomac…

Bilan de l’opération au bout d’un an d’efforts :

  • Obligation de me faire faire des semelles sur mesure chez le podologue ;
  • arrêt forcé de la course à pied pendant plusieurs mois et séances de kiné ;
  • Fibroscopie au bloc opératoire pour comprendre ce qui me tord l’estomac

Conclusion du gastro-entérologue « Vous n’avez rien Monsieur, simplement des reflux acides ». Je suis donc rentré chez moi, une ordonnance à la main pour 3 mois de traitement. C’est tout. Pas un seul mot sur mon alimentation. Pas un conseil. Rien. Juste une boite de pilules.

C’est là, pour toutes ces raisons, que j’ai commencé à me pencher sérieusement sur mon assiette

 

Le début de la quête

J’ai longtemps recherché un modèle alimentaire, plus qu’un régime. Mon but était bien sûr de perdre du poids et retrouver un confort digestif, mais je ne voulais certainement pas mettre ma santé en danger. Surtout, je voulais comprendre les mécanismes à l’œuvre.

J’ai d’abord tenté le modèle paléolithique. Intéressant par son approche et sa philosophie du retour aux choses vraies, celles pour lesquelles notre corps tout entier a été façonné. Mais pour être honnête, il est beaucoup trop restrictif et difficile à tenir sur le long terme.

Cela m’a quand même conduit à adopter et garder de très saines habitudes telles que :

  • le rejet en bloc de tous les plats industriels ;
  • l’arrêt total de la consommation de lait de vache ;
  • la lecture systématique des étiquettes ;
  • le rejet de tous produits contenant des conservateurs et autres exhausteurs de goût ;
  • la consommation abondante et quotidienne de fruits et légumes ;
  • la consommation abondante d’eau et de tisanes et d’infusions tout au long de la journée… etc.

Je connaissais aussi le régime Okinawa, cette petite île japonaise qui compte dans sa population la proportion de centenaires parmi les plus élevés au monde. De surcroît, les anciens restent actifs jusqu’à un âge très avancé et semble ignorer un grand nombre des maladies qui touchent nos sociétés modernes : cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires… etc. Mais là encore, bien que je sois particulièrement friand de cuisine asiatique, ce régime m’a semblé trop éloigné de ma culture et difficile à adopter comme modèle au quotidien.

 

La découverte

moi

Île de Naxos, Cylades, Grèce.

Un jour, alors que je surfais sur le Net à la recherche d’informations, mon attention s’est arrêtée sur une conférence sur l’intérêt de changer d’alimentation d’un éminent professeur de médecine. Deux mots, sous forme de recommandation, viennent heurter mon attention : « mangez méditerranéen ! »

Bien sûr, j’avais déjà entendu parlé du modèle d’alimentation méditerranéen dit aussi régime crétois, mais pour une raison de j’ignore je n’y avais guère prêté attention.

Après quelques recherches, ce que j’y apprends me conforte dans ma première impression. Le régime crétois, en plus d’être facile à suivre et parfaitement adapté à notre culture, est un modèle alimentaire qui a fait l’objet de nombreuses études très sérieuses mettant en avant l’efficacité de ce régime dans la protection contre de nombreuses maladies.

Un modèle alimentaire peu ou pas restrictif, qui permet de perdre du poids naturellement, qui protège des maladies et qui permet une augmentation significative de l’espérance de vie… Cela ressemble fort à un élixir de jouvence. Pourtant, cela est réel. Tout est là, à portée de bouche. Quelques habitudes simples, un peu de bon sens et le quidam peut reprendre le contrôle de son corps. C’est décidé, je me lance !

Quatre semaines après l’adoption stricte de la diète méditerranéenne, le verdict est tombé, 4kg en moins sur la balance. Sans même m’en être rendu compte. Cela en dégustant des plats savoureux et colorés et en préservant ma santé. Je tenais ma diète et elle est quasi miraculeuse. Il fallait que j’en parle.

 

La raison d’être de ce blog

Au moment où j’écris ces lignes, cela fait 3 mois (juin 2016) que j’ai adopté le régime crétois et que je poursuis mon objectif est de reprendre le contrôle total de mon corps.

Parallèlement, j’ai poursuivi mes recherches pour comprendre, malgré tout, pourquoi je n’avais pas perdu un gramme grâce au sport. J’ai compris que je faisais les choses de travers et qu’un ensemble de petites (mais mauvaises) habitudes parasitaient tous mes efforts. J’ai entrepris de lire les ouvrages de référence sur le sujet et de me documenter sur les dernières découvertes en matière d’alimentation, de forme et de santé. J’ai parlé de tout cela à mes proches, leurs réactions et leur enthousiasme furent tels que j’ai décidé de créer ce blog pour partager mon expérience et échanger avec le plus grand nombre sur mes découvertes, mes progrès, mes expériences, mais aussi mes interrogations et mes doutes.

Je m’appelle Hassen, j’ai 37 ans et je vous souhaite la bienvenue sur mangercretois.fr

 

Pour me contacter, utlisez le formulaire suivant :